Informations

Maria Spiridonova en 1914

Maria Spiridonova en 1914


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Maria Spiridonova est née à Tambov en 1885. Pendant sa formation d'infirmière, elle a rejoint le Parti socialiste révolutionnaire.

Pendant la Révolution de 1905, la police a brutalement réprimé un soulèvement paysan. En janvier 1906, Spiridonova assassina l'inspecteur de police Luzhenovsky qui avait ordonné l'attaque. Après son arrestation, elle a été battue, torturée et agressée sexuellement.

Reconnue coupable de meurtre, elle a été envoyée à Akatui en Sibérie. À sa libération, elle redevient active au sein du Parti socialiste révolutionnaire.

Maria Spiridonova

1. A été très critique envers Nicolas II et l'autocratie.

2. Voulait que la Russie ait le suffrage universel.

3. Voulait que le gouvernement russe autorise la liberté d'expression et la fin de la censure politique des journaux et des livres.

4. Estimait que la démocratie ne pouvait être réalisée en Russie que par le renversement violent de Nicolas II et de l'autocratie.

5. Était fermement opposé à ce que la Russie entre en guerre avec l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne.

6. Estimait que si la Russie entrait en guerre avec l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne, les mencheviks, les bolcheviks et les socialistes-révolutionnaires devraient essayer de persuader les soldats russes d'utiliser leurs armes pour renverser Nicolas II.


Daria Spiridonova

Daria Sergueïevna Spiridonova-Nagornaya (russe : Дарья Сергеевна Спиридонова-Нагорная , né le 8 juillet 1998) est un ancien gymnaste artistique russe. Principalement spécialiste des barres asymétriques, elle est championne du monde 2015, championne d'Europe 2015, médaillée de bronze du monde 2014 et quadruple championne de Russie (2014-17) aux engins. Elle a représenté la Russie aux Jeux olympiques d'été de 2016, remportant une médaille d'argent dans la compétition par équipe. Elle a également été membre de l'équipe médaillée d'or aux championnats d'Europe 2016, des équipes médaillées d'argent aux championnats du monde 2018 et 2019 et des équipes médaillées de bronze aux championnats du monde 2014 et d'Europe 2014. . Elle est mariée à la gymnaste russe Nikita Nagornyy.


Modificateur de Blirizva

Modificateur Toza

Maria Spiridonova koe Tambov koblir, i koe widava gerone Moskva arte 480 km-. Gadikye tiyir ravaldugafe gu ilkoluuca ise wetce omeltaf gadesik kobayar. Bak 1902 mulufter. Ina koe Tambov taneon vayar aze koe Moskva djuvanpir talgopik. Voxe ko Tambov kalion dimlapir lize wetce unenik kobar. Wavepon gan saneevafa gaderopafa rieta zo jekur nume va exaksara paker. Bak bareaksat ke 1905 taneatomon zo soper. Va Seltevafo Artowaso Pako yoter.

Modificateur Adjubera va Lujenovski

Gavriil Lujenovski tiyir kulaf pilkotik est winkaf pirdotik flikiraf gu musuca ke Borisoglebsk utca gerone Tambov. Ostik tiyir lizukaf andik ke cosevaf grustaks ( Ebeltikafa Decema ). Neda ke Seltevafo Artowaso Pako va ini djukuradjuber. Maria Spiridonova vanyer kuranafa ta batcoba. Arti konak tcalutes vielcek katecta ba 16/01/1906 koe impadimakafa recela ke Borisoglebsk sokir. Ina va ini alubon dierkar. Lujenovski me ve xonuker voxen ba 10/02/1906 di awalker.

Maria Spiridonova gan fuzodes kazakik zo soper. Koe ardialxe zo basvager aze zo joxar. Bak vielacku gan toloy ardialik zo koerur ise zo naker. Aze bak arburera ko Tambov kan impadimak, ikron zo kugdar ise ape zo boer.

Koe nuyotafa fela ke Sankt Peterburg va levgayana askiperaja lajuranker. Lana kroara di tir.

Ba 11/03/1906 Maria Spiridonova nope pisonara va Lujenovski zo malyer nume xonukalanzar. Wori erkey va gakera gu narmafa dagira nuner.

Spiridonova do aluboya ara eaftevikya ke SAP ko Sibira kan impadimak zo stakser. Sina ( Maria Spiridonova est Maria Ckolnik est Anastasya Bitsenko est Aleksandra Izmaylovitc est Rebekka Fialka est Lidya Ezerskaya ) gu cesterka ( teva ) bam zo dayoltad. Viafa koyara kal xalta ke Nertcinsk poke siniafa jowa va tanoy aksat tiskir. Koe kota recela luntafi tari mu lanzanik exaksar.

Bak balemeaksat ke 1911, 28 daginikya don Spiridonova ko Akatuy dimon zo arbured lize gropeem al loeke tuolgawer. Re gonokobad.

Modificateur SAP Andik ke

Modificateur Pakera va artowara

Moi Artowara ke Toleaksat ke 1917, jadifa emnagara va ina est arak ke gaderopaf daginik gu Akatuy divflintar.

Mali dimlapira ko Moskva az Sankt Peterburg, ina va tegira ke Seltevafo Artowaso Pako gire pakeper. Va exonera va soviétique pirdot vanmia tawadayikeem dere weber.

Moi Artowara ke Saneaksat, Spiridonova va taltefa grelta ke pako kazokever, aneyason va grufa is purafa dokobara va Bolcevik gadesikeem, est tazukatason va tanarafe bowere. Wetce kaatoesik ke intafo pako, va blodaf play ta tawadayafa arienta kereler ise tir tan riaf zobesik va Lenin ta kevnalera va figaf kredeem ke Brest-Litovsk bioga do Germana. Inafa tirka tir lekapafa koe pako. Bak taneaksat ke 1918 tir retik ta gadesikeba ke Tadlesa Koka voxe me di zo libur. Ison mila koka gan bolcevik roti waroldon zo solelar.

Exura va Bolcevik Bolk Modificateur

Rekolanya wal Spiridonova est taltefa grelta ke SAP do Bolcevik roti abiceje tiskir. Mali imwugal ke 1918, taruteteson va aelakolacek koe loa widava skapon atitsuyusa, sayakafa taksa zo tazukad aze ko tawaday va zaipa poason toz kucilodad. Fikafa Bolcevik gaderopa abicdoe lustesa va zaipa est ramirukap ke olgapafa skapafa est tawavofa kaxaara pu Germana, va adre laumasa tsunera ke tawadayafa sanelia nekid. Wetce blodik ke tawadayafa arienta, Spiridonova va tuastirbara va copuca ke tawadayikeem koe patecta jiligapar. Tanara wal taltefa grelta ke SAP est bolcevik pako kadar kevlafa icde enekeugal ke Artowara numen sin toz grabapad.

Bak pereaksat ke 1917, Lénine est Bolcevik roti va adjubera va Mirbach germanaf permik orkad numen okilikeem ke taltefa grelta ke SAP don Spiridonova est 400 dastrubenik ke Sovietafa Aba koe Moskva zo koflintad. Sedme konaka klita, lo 200 bewik waroldon flioton nuve zo klibuyud.

Moi flintafa tiskira bak konak aksat, Spiridonova ba 27/11/1918 birgoton zo malyer. Gu flintafa tanda zo lanza voxen gakera direvielon zo emnagar.

Modificateur de Warzafa koflintara

— Emma Goldman malyedas va Maria Spiridonova koe « Ma désillusion en Russie », 1923

Spiridonova bam vanpir puda ke mulafa grelta ke SAP, dimfolison va kota vandelvejara do « doevafa » vertuma, nume sanegon ranker da bowere nope intafa gaderopa isu tegireem va Artowara relmer. Soe va pastara ko eaftevafa tegira ke lan pak ke sayudasikeem kevvewar.

Bak taneaksat ke 1919 moi sanegafa dewitca kevusa va doevikafe bowere, Spiridonova gan Tceka ardial zo soper. Ba 24/02/1919 gire zo malyer, tulon koridanon gan Nikolay Buxarin. Zo buntur da co tir swavakolesik ise dratcesik va selt. Gu tanda koe oviskikafe ropexe zo lazar.

Ba 02/04/1919, sayudasik ke SAP va ina lajudivflintad. Azon ina koe Moskva wetce tawadayikya yoltkirafa gu Onufriyeva birgoton blir. Voxen arti 19 aksat ba 26/10/1920 gire zo soper. Inafa galera ligundewer. Gu oviskikaf silex gire zo kobuder.

Ba 18/11/1921 zo tunuyar. Va kota gaderopafa tegira ten askir.

Modificateur Brazara az xonukera az konolera

Nekev intafa jovlera va tegisa gaderopa, ba 16/05/1926 gire zo soper. Gu barda ke ristulafa divblira zo lanzar azen bata gakera konakviele zo dakir. Va arak ke 1920 -e sanda koe Kaluga ( 1923-1925 ) az Samarkand ( 1925-1928 ) az Tackent ( 1928-1930 ) tiskir. Azon bak 1930, warzafa bardafa lanzara koe Ufa (az toloya abdujijara). Bak kotaf divblirugal, do savsafa xaltafa dositikya Aleksandra Izmaylovitc blir. Isti 1920 -e sanda, va Ilya Andreyevitc Mayorov ronoyerumar, je va savsaf gadesik ke taltefa grelta ke SAT dere divbliyin.

Bak 1937 Spiridonova ware gire zo soper, keni konakar savsaf palik ke pako don yerumanik est sardafe ikanazbeikye est megalucafe ikagadikye est Aleksandra Izmaylovitc est Irina Kaxovskaya. Inafa lospa gu voltirodafa urbera va doevikafi roti ke Backira gola zo koridar. Spiridonova va konaka udutafa koerura remi konak aksat koe Ufa est Moskva levgar. Va mecoba welidar. Va konaka twa kalaklesa va koridareem pu rictaga maner. Ta tunera va xonukagakera skeuson tulon alutar.

Ba 01/07/1938 gu koflintara vas 25 tanda gan sayakaf erkey ke Ilamaf Tregul tere zo Lanzar. Kaiki aelyastera, ko flint ke Oryol zo stakser. Ba 11/09/1941, Spiridonova est Izmaylovitc est Mayorov est lo 150 ar gaderopaf flintik koe Medvedevski aalxo poke Oryol benplekuyunon gan Stalin zo klibud.


Contenu

Début de la vie

Maria Alexandrovna Spiridonova est née dans la ville de Tambov, située à environ 480 kilomètres (300 mi) au sud-sud-est de Moscou. Son père, fonctionnaire de banque, était membre de la petite noblesse non héréditaire de l'empire russe. [1] Elle a fréquenté le gymnase local, jusqu'à ce que la mort de son père et la tuberculose la fassent abandonner en 1902. Elle a ensuite étudié la dentisterie à Moscou pendant une courte période. De retour à Tambov, elle a travaillé comme greffière pour l'assemblée locale. Bientôt, elle s'implique dans l'activisme politique, elle est arrêtée lors des manifestations étudiantes de mars 1905. En septembre 1905, elle demande une formation d'infirmière, mais est rejetée en raison de son dossier politique. Au lieu de cela, elle a rejoint le Parti socialiste-révolutionnaire et est devenue une militante à plein temps. Elle est également devenue l'amante de Vladimir Volsky, un leader SR local. [2]

Comme beaucoup de SR, elle a adopté l'idée de l'assassinat et du terrorisme comme arme révolutionnaire. Elle faisait partie des centaines de SR qui, pendant et après la révolution russe de 1905, ont attaqué l'État russe et ses dirigeants.

L'assassinat de Loujenovsky

La cible de Spiridonova était G.N. Luzhenovsky, un propriétaire foncier et conseiller provincial de Tambov qui avait été nommé chef de la sécurité du district de Borisoglebsk, une ville au sud-est de Tambov. Luzhenovsky était connu pour la répression brutale des troubles paysans dans le district, et le comité SR de Tambov « l'a condamné à mort ». Spiridonova s'est porté volontaire pour le tuer. Elle a traqué Luzhenovsky pendant plusieurs jours et a finalement eu sa chance à la gare de Borisoglebsk le 16 janvier 1906. Elle a tiré plusieurs coups de revolver et a frappé Luzhenovsky cinq fois. Il est décédé le 10 février. [2]

Spiridonova a été immédiatement capturé par les gardes du corps cosaques de Luzhenovsky et emmené à Tambov le lendemain.

On n'a plus entendu parler de l'affaire jusqu'au 12 février, date à laquelle Russie, un journal libéral de Saint-Pétersbourg, a publié une lettre de Spiridonova, décrivant les abus et la torture qu'elle avait subis depuis son arrestation - battue à coups de poing, de fouet et de bottes, brûlée avec une cigarette allumée sur la peau nue, déshabillée et tâtée à plusieurs reprises par le commandant grossier des Cosaques, Avramov. La lettre laissait entendre qu'il l'avait violée dans le train pour Tambov. [2]

L'histoire de Spiridonova est devenue une sensation immédiate avec Rus'lecteurs de s. Bien que peu aient soutenu le terrorisme SR, la plupart étaient indignés par cette effroyable cruauté envers un prisonnier, en particulier envers une jeune femme séduisante. Les cercles libéraux de toute la Russie ont condamné les autorités de Tambov. Spiridonova a été décrit comme "un être pur et virginal, une fleur de beauté spirituelle. dans les mains d'un orang-outan salace". Des femmes de toutes les classes réclamaient « justice pour notre sœur profanée ».

Russie a envoyé le journaliste V. A. Vladimirov à Tambov. Il a produit sept articles sensationnels parus en mars. Ces articles ont en fait exagéré les mauvais traitements et les blessures de Spiridonova, et ont encore plus explicitement évoqué son viol présumé. Vladimirov a également exagéré son histoire de radicale tout en occultant ses convictions politiques réelles, ce qui a agacé les SR presque autant que les conservateurs et les autorités. Spiridonova elle-même a répudié le récit de Vladimirov. [2]

Le 11 mars, Spiridonova a été jugé et reconnu coupable du meurtre de Luzhenovsky, et condamné à mort. Cependant, le tribunal a également demandé que la peine soit commuée en travaux forcés en Sibérie, en raison de sa mauvaise santé. Cela a été fait le 20 mars. [2]

La presse libérale a poursuivi sa campagne en sa faveur. Le 2 avril, Avramov a également été assassiné, créant une nouvelle sensation. [2]

Le gouvernement a publié son rapport sur l'affaire le 8 avril. Le rapport a reconnu que Spiridonova avait été battue par les Cosaques au moment de son arrestation et qu'Avramov l'avait agressée verbalement dans le train, mais a nié les accusations les plus sordides. Cela a été dénoncé comme un badigeon. [2]

Des lettres secrètes de Spiridonova en prison à sa sœur Yulia, une SR, avaient été saisies par la police le 19 février. Le rapport a cité une demande dans une lettre de ne pas révéler son "histoire romantique" - vraisemblablement sa relation avec Volsky. De nombreux libéraux ont qualifié cela de tentative de calomnier ses mœurs. Ironiquement, le gouverneur de Tambov était au courant de l'affaire (Spiridonova a demandé une rencontre avec Volsky, qu'elle a décrit comme son fiancé, même s'il était déjà marié). Mais il n'a pas fait passer l'information, qui aurait démoli l'image « vierge » de Spiridonova. [2]

Le procureur adjoint de Tambov avait résumé les lettres dans un rapport aux autorités nationales. Ses extraits indiquent que Spiridonova a consciemment participé à la création d'images qui se déroulait à l'extérieur - suggérant ce qui devrait être souligné et ce qui devrait être minimisé. [2]

Spiridonova a été envoyée en Sibérie en compagnie de cinq autres femmes terroristes éminentes de la RS. Le groupe était parfois appelé le Shesterka ("Six"). Spiridonova était le plus célèbre, étant jeune, attrayant et d'origine russe (les autres étaient juifs, biélorusses et ukrainiens). Les Shesterka ont été transportés par train de Moscou au complexe pénitentiaire de Nerchinsk (à l'est du lac Baïkal et près de la frontière chinoise). Au cours de ce voyage, le train a été accueilli à chaque arrêt par des foules de sympathisants. Spiridonova s'est adressé à ces foules, exposant le programme politique de la SR. [2]

Pendant les 11 années suivantes, Spiridonova a été détenu dans la prison de Maltzevskaya. Elle a été durement traitée et a parfois été sévèrement cannée avec des tiges de bouleau (розги) tout en étant déshabillé. [3] De tels châtiments corporels entièrement déshabillés n'étaient pas habituels pour les prisonniers politiques à cette époque.

Chef SR de gauche

Logement avec la révolution

Après la révolution de février 1917, Spiridinova a été libérée de l'incarcération de la prison pour femmes de Nerchinsk par une amnistie générale couvrant les révolutionnaires emprisonnés. [1] À sa libération, l'ancienne prisonnière politique Spiridonova était largement estimée par le peuple russe, étant vénérée par de nombreux paysans comme presque une sainte. [1]

Spridonova a voyagé de Sibérie à Moscou pour assister au 3e Congrès national du Parti des socialistes-révolutionnaires (PSR) à la fin du mois de mai 1917, mais le rassemblement ne l'a pas élue au Comité central gouvernemental du parti. [1] Malgré cet échec, Spiridonova est devenu profondément impliqué dans les affaires du parti en tant que leader de l'organisation PSR dans la capitale de Petrograd. [4] Elle a été aussi impliquée dans le travail aidant à établir des soviets parmi la paysannerie. [5]

Après la Révolution d'Octobre, Spiridonova a choisi l'organisation autonome des SR de gauche pour soutenir leurs anciens rivaux du Parti bolchevique. [5] Spiridonova était extrêmement favorable aux efforts visant à forger un gouvernement d'unité entre les bolcheviks, les SR de gauche et les internationalistes mencheviks, et était l'un des rares dirigeants de la SR de gauche à soutenir la décision de Lénine d'accepter les conditions draconiennes de paix proposée par le gouvernement de l'Allemagne impériale dans le traité de Brest-Litovsk. [5] La loyauté de Spiridonova a été récompensée lorsqu'elle a été nommée à la tête de la Section paysanne du Comité exécutif central du Soviet panrusse des députés ouvriers, paysans et soldats — nominalement un responsable en chef des affaires paysannes. [5]

Révolte contre le bolchevisme

La lune de miel entre les SR de gauche et les bolcheviks s'est avérée de courte durée. À la fin du printemps 1918, des détachements militaires bolcheviques ont été formés pour effectuer des réquisitions forcées de céréales dans un effort désespéré pour éviter la famine dans les villes au milieu de l'effondrement économique. [5] L'unité s'est transformée en rivalité sur l'avenir de la révolution et une compétition avec les bolcheviks s'est ensuivie pour le contrôle du prochain 5e Congrès des Soviets, qui devait commencer à Moscou le 4 juillet 1918. [5] Le 24 juin, le Comité central de les SR de gauche décidèrent de lancer une campagne de terreur contre les responsables allemands en Russie dans le but de saboter le traité détesté de Brest-Litovsk et de forcer une alliance plus ferme avec la paysannerie pendant la crise qui s'ensuivrait. [5]

Le 7 juillet 1918, deux membres du Parti de gauche SR, Iakov Bliumkin et Nikolai Andreev, assassinent l'ambassadeur allemand Wilhelm Mirbach. [5] Au lieu d'alimenter une nouvelle conflagration avec l'Allemagne, Lénine a utilisé l'assassinat de Mirbach comme prétexte pour la suppression de l'organisation SR de gauche. Les troupes sont rapidement mobilisées pour réussir à isoler les unités combattantes de leurs anciens alliés. [6] Spiridonova s'est précipité au Théâtre du Bolchoï, site du 5e Congrès des Soviets en cours, pour faire une déclaration officielle de politique concernant le soulèvement de la Gauche SR, mais a découvert que le Congrès avait été suspendu à la suite de l'assassinat et plus de 400 personnes à gauche Délégués SR arrêtés. [6] Spiridonova et un certain nombre d'autres dirigeants SR de gauche ont été emprisonnés à Moscou et sa Section paysanne du Congrès panrusse des Soviets a été dissoute. [6]

Des annonces ont été faites que Spiridonova devait être jugé le 1er décembre 1918, mais pour réduire la possibilité d'une situation potentiellement volatile développant un procès secret a été mené à la place le 27 novembre. [6] Spiridonova a été condamnée à un an de prison pour son rôle dans la révolte de gauche SR mais a été amnistiée le lendemain. [6]

Spiridonova est devenue la voix d'une faction radicale des SR de gauche opposée à tout compromis avec le régime bolchevique et elle a publiquement dénoncé le gouvernement pour avoir trahi la révolution avec sa politique et ses actions. [7] Malgré son refus amer au compromis, Spiridonova a maintenu la séparation de l'aile terroriste des SR de gauche, concentrant plutôt son agitation autour de l'idée de revitaliser le système des soviets en opposition à la règle du parti bolchevique par édit bureaucratique. [7]

En janvier 1919, à la suite d'un autre discours public d'opposition au gouvernement bolchevique, Spiridonova est arrêté par la Tchéka de Moscou. [7] Elle a été jugée une fois de plus le 24 février 1919, avec le chef bolchevique Nikolai Boukharine comme seul témoin à charge, accusant Spiridonova d'être atteint d'une maladie mentale et d'être une menace pour la société dans l'atmosphère politique meurtrière de la guerre civile russe. [7] Spiridonova a été reconnue coupable et condamnée à un an d'incarcération dans un asile psychiatrique — en la retirant ainsi effectivement de la politique dans le processus. [7]

Au lieu d'un sanatorium, Spiridonova était en fait confinée dans une petite cellule de détention à l'intérieur d'une caserne militaire, où sa santé déjà fragile s'est rapidement détériorée. [7] Une évasion a été organisée par les militants de la gauche SR et le 2 avril 1919 Spiridonova a été libérée, vivant par la suite dans la clandestinité à Moscou sous le pseudonyme d'Onufrieva. [7] Elle a finalement été arrêtée de nouveau, malade du typhus et souffrant d'un trouble nerveux non déclaré. [7] Suite au rétablissement dans un établissement médical de Cheka, Spiridonova a été transféré dans une prison psychiatrique. [7] Elle a été finalement libérée à la garde de deux camarades SR de gauche le 18 novembre 1921 à la condition qu'elle cesse et renonce à toute activité politique. [7] Selon l'estimation de l'historien Alexander Rabinowitch, "il n'y a aucune preuve qu'elle ait jamais violé cette condition." [8] La vie politique active de Spiridonova était terminée.

Mort et héritage

En 1937, Spiridonova fut arrêté à Oufa avec douze autres anciens socialistes-révolutionnaires de gauche qui y vivaient. Elle est reconnue coupable d'avoir fomenté un soulèvement paysan et condamnée à 25 ans de prison par un collège militaire le 8 mars 1937. Après une grève de la faim, elle est détenue à l'isolement à la prison d'Orel. De sa cellule, elle a écrit plusieurs lettres au procureur général de l'URSS avec une demande de la tuer immédiatement et d'arrêter les tourments. [9]

Le 11 septembre 1941 (trois mois après l'invasion allemande de l'URSS), Spiridonova et plus de 150 autres prisonniers politiques (dont Christian Rakovsky et Olga Kameneva), ont été exécutés dans la forêt de Medvedev à l'extérieur d'Oryol. [dix]


Début de la vie

Maria Alexandrovna Spiridonova est née dans la ville de Tambov, située à environ 480 kilomètres (300 mi) au sud-sud-est de Moscou. Son père, fonctionnaire de banque, était membre de la petite noblesse non héréditaire de l'empire russe. [1] Elle a fréquenté le gymnase local, jusqu'à ce que la mort de son père et la tuberculose la fassent abandonner en 1902. Elle a ensuite étudié la dentisterie à Moscou pendant une courte période. De retour à Tambov, elle a travaillé comme greffière pour l'assemblée locale. Bientôt, elle s'implique dans l'activisme politique, elle est arrêtée lors des manifestations étudiantes de mars 1905. En septembre 1905, elle demande une formation d'infirmière, mais est rejetée en raison de son dossier politique. Au lieu de cela, elle a rejoint le Parti socialiste-révolutionnaire et est devenue une militante à plein temps. Elle est également devenue l'amante de Vladimir Volsky, un leader SR local. [2]

Comme beaucoup de SR, elle a adopté l'idée de l'assassinat et du terrorisme comme arme révolutionnaire. Elle faisait partie des centaines de SR qui, pendant et après la révolution russe de 1905, ont attaqué l'État russe et ses dirigeants.

L'assassinat de Loujenovsky

La cible de Spiridonova était G.N. Luzhenovsky, un propriétaire foncier et conseiller provincial de Tambov qui avait été nommé chef de la sécurité du district de Borisoglebsk, une ville au sud-est de Tambov. Luzhenovsky était connu pour la répression brutale des troubles paysans dans le district, et le comité SR de Tambov « l'a condamné à mort ». Spiridonova s'est porté volontaire pour le tuer. Elle a traqué Luzhenovsky pendant plusieurs jours et a finalement eu sa chance à la gare de Borisoglebsk le 16 janvier 1906. Elle a tiré plusieurs coups de revolver et a frappé Luzhenovsky cinq fois. Il est décédé le 10 février. [2]

Spiridonova a été immédiatement capturé par les gardes du corps cosaques de Luzhenovsky et emmené à Tambov le lendemain.

On n'a plus entendu parler de l'affaire jusqu'au 12 février, date à laquelle Russie, un journal libéral de Saint-Pétersbourg, a publié une lettre de Spiridonova, décrivant les abus et les tortures qu'elle avait subis depuis son arrestation - battue à coups de poing, de fouet et de bottes, brûlée avec une cigarette allumée sur la peau nue, déshabillée et pelotée à plusieurs reprises par le commandant grossier des Cosaques, Avramov. La lettre laissait entendre qu'il l'avait violée dans le train pour Tambov. [2]

L'histoire de Spiridonova est devenue une sensation immédiate avec Rus'lecteurs de s. Bien que peu aient soutenu le terrorisme SR, la plupart étaient indignés par cette effroyable cruauté envers un prisonnier, en particulier envers une jeune femme séduisante. Les cercles libéraux de toute la Russie ont condamné les autorités de Tambov. Spiridonova a été décrit comme "un être pur et virginal, une fleur de beauté spirituelle. dans les mains d'un orang-outan salace". Des femmes de toutes les classes réclamaient « justice pour notre sœur profanée ».

Russie a envoyé le journaliste V. A. Vladimirov à Tambov. Il a produit sept articles sensationnels parus en mars. Ces articles ont en fait exagéré les mauvais traitements et les blessures de Spiridonova, et ont encore plus explicitement évoqué son viol présumé. Vladimirov a également exagéré son histoire de radicale tout en occultant ses convictions politiques réelles, ce qui a agacé les SR presque autant que les conservateurs et les autorités. Spiridonova elle-même a répudié le récit de Vladimirov. [2]

Le 11 mars, Spiridonova a été jugé et reconnu coupable du meurtre de Luzhenovsky, et condamné à mort. Cependant, le tribunal a également demandé que la peine soit commuée en travaux forcés en Sibérie, en raison de sa mauvaise santé. Cela a été fait le 20 mars. [2]

La presse libérale a poursuivi sa campagne en sa faveur. Le 2 avril, Avramov a également été assassiné, créant une nouvelle sensation. [2]

Le gouvernement a publié son rapport sur l'affaire le 8 avril. Le rapport a reconnu que Spiridonova avait été battue par les Cosaques au moment de son arrestation et qu'Avramov l'avait agressée verbalement dans le train, mais a nié les accusations les plus sordides. Cela a été dénoncé comme un badigeon. [2]

Des lettres secrètes de Spiridonova en prison à sa sœur Yulia, une SR, avaient été saisies par la police le 19 février. Le rapport a cité une demande dans une lettre de ne pas révéler son "histoire romantique" - vraisemblablement sa relation avec Volsky. De nombreux libéraux ont qualifié cela de tentative de calomnier ses mœurs. Ironiquement, le gouverneur de Tambov était au courant de l'affaire (Spiridonova a demandé une rencontre avec Volsky, qu'elle a décrit comme son fiancé, même s'il était déjà marié). Mais il n'a pas fait passer l'information, qui aurait démoli l'image « vierge » de Spiridonova. [2]

Le procureur adjoint de Tambov avait résumé les lettres dans un rapport aux autorités nationales. Ses extraits indiquent que Spiridonova a consciemment participé à la création d'images qui se déroulait à l'extérieur - suggérant ce qui devrait être souligné et ce qui devrait être minimisé. [2]

Spiridonova a été envoyé en Sibérie en compagnie de cinq autres femmes terroristes SR de premier plan. Le groupe était parfois appelé le Shesterka ("Six"). Spiridonova était le plus célèbre, étant jeune, attrayant et d'origine russe (les autres étaient juifs, biélorusses et ukrainiens). Les Shesterka ont été transportés par train de Moscou au complexe pénitentiaire de Nerchinsk (à l'est du lac Baïkal et près de la frontière chinoise). Au cours de ce voyage, le train a été accueilli à chaque arrêt par des foules de sympathisants. Spiridonova s'est adressé à ces foules, exposant le programme politique de la SR. [2]

Pendant les 11 années suivantes, Spiridonova a été détenu dans la prison de Maltzevskaya. Elle a été durement traitée et a parfois été sévèrement cannée avec des tiges de bouleau (розги) tout en étant déshabillé. [3] De tels châtiments corporels entièrement déshabillés n'étaient pas habituels pour les prisonniers politiques à cette époque.

Chef SR de gauche

Logement avec la révolution

Après la révolution de février 1917, Spiridinova a été libérée de l'incarcération de la prison pour femmes de Nerchinsk par une amnistie générale couvrant les révolutionnaires emprisonnés. [1] À sa libération, l'ancienne prisonnière politique Spiridonova était largement estimée par le peuple russe, étant vénérée par de nombreux paysans comme presque une sainte. [1]

Spridonova a voyagé de Sibérie à Moscou pour assister au 3e Congrès national de Petrograd. [4] Elle a été aussi impliquée dans le travail aidant à établir des soviets parmi la paysannerie. [5]

Après les SR de gauche et les internationalistes mencheviks, il était l'un des rares dirigeants de la SR de gauche à soutenir la décision de Lénine d'accepter les conditions draconiennes de paix immédiate proposées par le gouvernement de l'Allemagne impériale dans le traité de Brest-Litovsk. [5] La loyauté de Spiridonova a été récompensée lorsqu'elle a été nommée à la tête de la Section paysanne du Comité exécutif central du Soviet panrusse des députés ouvriers, paysans et soldats — nominalement un responsable en chef des affaires paysannes. [5]

Révolte contre le bolchevisme

La lune de miel entre les SR de gauche et les bolcheviks s'est avérée de courte durée. À la fin du printemps 1918, des détachements militaires bolcheviques ont été formés pour effectuer des réquisitions forcées de céréales dans un effort désespéré pour éviter la famine dans les villes au milieu de l'effondrement économique. [5] L'unité s'est transformée en rivalité sur l'avenir de la révolution et une compétition avec les bolcheviks s'est ensuivie pour le contrôle du prochain 5e Congrès des Soviets, qui devait commencer à Moscou le 4 juillet 1918. [5] Le 24 juin, le Comité central de les SR de gauche décidèrent de lancer une campagne de terreur contre les responsables allemands en Russie dans le but de saboter le traité détesté de Brest-Litovsk et de forcer une alliance plus ferme avec la paysannerie pendant la crise qui s'ensuivrait. [5]

Le 7 juillet 1918, deux membres du Parti de gauche SR,

  • Articles avec hCards
  • Articles contenant du texte en russe
  • Modèle de catégorie Commons sans jeu de catégories
  • Catégorie Commons sans lien sur Wikidata
  • 1884 naissances
  • 1941 décès
  • Morts par arme à feu en Russie
  • Femmes russes exécutées
  • socialistes-révolutionnaires de gauche
  • Membres de l'Assemblée constituante russe
  • Les meurtrières russes
  • assassins russes
  • Des Russes condamnés pour meurtre
  • Victimes de la Grande Purge de Russie
  • Des Russes exécutés par arme à feu
  • Les gens de Tambov
  • "Maria Spiridonova", www.spartacus-educational.com/
  • Emma Goldman, Ma désillusion en Russie : Chapitre 16 : Maria Spiridonova, www.marxists.org/

Biographie

Début de la vie

Maria Alexandrovna Spiridonova est née dans la ville de Tambov, située à environ 480 kilomètres au sud-sud-est de Moscou. Son père, un fonctionnaire de banque, était membre de la petite noblesse non héréditaire de l'empire russe. Alexander Rabinowitch, "Spiridonova", dans Edward Acton, Vladimir Iu. Cherniaev et William G. Rosenberg (éd.), Compagnon critique de la révolution russe, 1914-1921. Bloomington, IN : Indiana University Press, 1997 p. 182. Elle a fréquenté le gymnase local, jusqu'à ce que la mort de son père et la tuberculose l'obligent à abandonner en 1902. Elle a ensuite étudié la dentisterie à Moscou pendant une courte période. De retour à Tambov, elle a travaillé comme greffière pour l'assemblée locale. Bientôt, elle s'implique dans l'activisme politique, elle est arrêtée lors des manifestations étudiantes de mars 1905. En septembre 1905, elle demande une formation d'infirmière, mais est rejetée en raison de son dossier politique. Au lieu de cela, elle a rejoint le Parti socialiste-révolutionnaire et est devenue une militante à plein temps. Elle est également devenue l'amante de Vladimir Volsky, un leader SR local.

Comme beaucoup de SR, elle a adopté l'idée de l'assassinat et du terrorisme comme arme révolutionnaire. Elle faisait partie des centaines de SR qui, pendant et après la révolution russe de 1905, ont attaqué l'État russe et ses dirigeants.

L'assassinat de Loujenovsky

La cible de Spirodonova était G. N. Luzhenovsky, un propriétaire foncier et conseiller provincial de Tambov qui avait été nommé chef de la sécurité du district de Borisoglebsk, une ville au sud-est de Tambov. Luzhenovsky était connu pour la répression brutale des troubles paysans dans le district, et le comité SR de Tambov « l'a condamné à mort ». Spirodonova s'est porté volontaire pour le tuer. Elle a traqué Luzhenovsky pendant plusieurs jours et a finalement eu sa chance à la gare de Borisoglebsk le 16 janvier 1906. Elle a tiré plusieurs coups de revolver et a frappé Luzhenovsky cinq fois. Il est décédé le 10 février. Sally A. Boniece, dans Anthony Anemone (éd.), Just Assassins : La culture du terrorisme en Russie. Northwestern University Press, 2010, p. 127-151.

Spiridonova a été immédiatement capturé par les gardes du corps cosaques de Luzhenovsky et emmené à Tambov le lendemain.

On n'a plus entendu parler de l'affaire jusqu'au 12 février, date à laquelle Russie, un journal libéral de Saint-Pétersbourg, a publié une lettre de Spiridonova, décrivant les abus et les tortures qu'elle avait subis depuis son arrestation : battue à coups de poing, de fouet et de bottes, brûlée avec une cigarette allumée sur la peau nue, déshabillée et tâtonné à plusieurs reprises par le commandant grossier des Cosaques, Avramov. La lettre laissait entendre qu'il l'avait violée dans le train pour Tambov.

L'histoire de Spiridonova est devenue une sensation immédiate avec Rus’lecteurs de s. Bien que peu d'entre eux aient soutenu le terrorisme SR, la plupart ont été scandalisés par cette effroyable cruauté envers un prisonnier, en particulier envers une jeune femme séduisante. Les cercles libéraux de toute la Russie ont condamné les autorités de Tambov. Spiridonova was described as "a pure, virginal being, a flower of spiritual beauty… in the hands of a salacious orangutan". Women of all classes demanded "justice for our desecrated sister."

Russie sent reporter V. A. Vladimirov to Tambov. He produced seven sensational articles that appeared in March. These articles actually exaggerated Spiridonova’s mistreatment and injuries, and even more explicitly touched on her alleged rape. Vladimirov also exaggerated her history as a radical while glossing over her actual political convictions, which annoyed the SRs almost as much as the conservatives and the authorities. Spiridonova herself repudiated Vladimirov’s account.


PANNA MARIA, TEXAS

28 57' 29" N, 97 53' 50" W (28.958056, -97.897222)
FM 81 just off Hwy 123
5 miles W of Helena
N of Karnes City & Kenedy
60 miles SE of San Antonio
Population: 96 est.

Book Hotel Here › San Antonio Hotels

Approaching Panna Maria
Photo courtesy Barclay Gibson , May 2013

Panna Maria Topics:

Oldest Permanent Polish Colony in America.

Panna Maria, Texas

History in a Pecan Shell

Panna Maria is polish for Virgin Mary. It is the oldest permanent Polish settlement in the entire U.S.

A Polish missionary Father Leo Moczygemba had been preaching to scattered immigrants around Bandera Texas in the 1840s. After witnessing the successes of his German parishioners, he decided that his fellow Poles would thrive in Texas as well. He wrote back to his father in Silesia.

Father Moczygemba bought land from a banker in San Antonio named John Twohig with church money and set aside parcels for the school, church and the immigrants too poor to afford their own farms. Twohig saw them coming and sold them land at inflated prices. Land that was selling in other parts of Karnes County for 1.50 an acre were sold to the Poles for close to 6.00 per acre.

The historic Panna Maria Oak
& Immaculate Conception Church
Photo courtesy Barclay Gibson , May 2013
More Texas Historic Trees

Photo courtesy Barclay Gibson , May 2013

L - The children's watering trough
R - BBQ Pit counter-weights
TE Photo, May 2001

Panna Maria Landmarks & Photo Gallery

Pilarczyk Store
The Panna Maria Historical Society & Visitor's Center
13780 N. FM 81
Recorded Texas Historic Landmark
Photo courtesy Barclay Gibson , May 2013

Pilarczyk Store

Panna Maria Post Office, TX 78144
The First Store in Panna Maria
13870 N. FM 81
Photo courtesy Barclay Gibson , May 2013
More Texas Post Offices | Texas Stores

First Store in Panna Maria

Built in 1855 used as a storeroom for landlord's share of Panna Maria crops. The landlord, John Twohig, a devout Catholic, set aside one room of store for the church and school. Owned and operated by the Snoga family since 1918.
Recorded Texas Historic Landmark - 1966

Panna Maria Cemetery
Photo courtesy Barclay Gibson , May 2013

Panna Maria Cemetery

To get to the Panna Maria Cemetery, go just south of the church to the large white community buildings and turn West. The road will lead straight to the cemetery gate after about a quarter mile.

The oldest part of the cemetery is obvious due to the taller and more elaborate tombstones.

L - Tombstone with Sculpture
R - At least one grave testifies that Polish immigrants did play a role in the Civil War
TE Photo, May 2001

Photo courtesy Barclay Gibson , Feb. 2011

Immaculate Conception Church Sanctuary
Photo courtesy Barclay Gibson , May 2013
More Texas Churches

Panna Maria historic oak with support
Photo courtesy Barclay Gibson , Feb. 2011

Panna Maria Centennial marker
Photo courtesy Barclay Gibson , Feb. 2011

Town of Panna Maria

Panna Maria Centennial marker
Photo courtesy Barclay Gibson , Feb. 2011
More Texas Centennial

Panna Maria Silo Sign
Photo courtesy Barclay Gibson , Feb. 2011
More Texas Silos

Photo courtesy Barclay Gibson , May 2013

L - This building was the first Polish house in Panna Maria (c. 1858) The steep roof was a Silesian design to prevent the accumulation of snow.
R - A house on main street
TE Photos, May 2001


ExecutedToday.com

September 11th, 2009 Headsman

On this date in 1941, as Nazi armies surged into the USSR, the Soviet NKVD summarily executed a reported 157 prisoners held in the soon-to-be-Nazi-occupied city of Oryol (Orel).



Most prominent among them were:

    , a pol in the 1920’s, she was the sister of recently-murdered Communist heretic/Stalin gadfly Leon Trotsky, and she was the widow of executed Old Bolshevik Lev Kamenev. , internationalist Bulgarian revolutionary turned Soviet diplomat. Rakovsky, Dmitry Pletnyov and Sergei Bessonov had been the only three to avoid execution at the Trial of the 21, one of Stalin’s red-letter purges. But all three were shot together this day.
  • Prominent Left SR Maria Spiridonova, a revolutionary who had taken four decades of beatings from tsarist and Bolshevik alike, and who Emma Goldman saluted as “one of the most sincere, well-poised, and convincing” opponents of the Soviet regime.

Many other political transgressors less memorable than these went along with them, leftover targets of opportunity from a generation’s internecine purges and counterpurges.

Why bother to spend the resources evacuating an enemy of the people? By this time, Operation Barbarossa was nearly three months old, and mass prisoner executions ahead of the advancing Germans were a practiced art. One difference this day: this hecatomb was not in the western Soviet Republics, but in Russia proper.

In the autumn of 1941, the Left SRs Spiridonov, Izmailovich, and Mayorov, the Maximalist Nestroyev, and the SR Timofeyev were among the 157 prisoners shot in the Medvedevsky woods. (A Century of Violence in Soviet Russia

As many of them might have been denounced as “fascist” in their time for not hewing the correct revolutionary line, one doubts they would have enjoyed any more comfortable treatment at the hands of the Wehrmacht, which overran Oryol on Oct. 3.


5 radical Russian women who dedicated their lives to overthrowing the Tsar

Imagine a cute and polite 90-year-old Russian babushka who looks like she can feed you to death with her delicious pies. Then add to this the following: creating an illegal socialist party, plotting terror attacks, and spending a third of her life in prisons and in exile. Meet Catherine Breshkovsky, also known by her nickname: &ldquothe Granny of the Russian Revolution.&rdquo

Though born to a noble family, Breshkovsky wanted to free the Russian peasantry from the country&rsquos oppressive social system, and she propagandized revolution among peasants starting at the age of 30. Her efforts met with failure, however, when the peasants, who were unwilling to rebel, ratted her out to the authorities. After several years in prison, Breshkovsky co-founded the Socialist Revolutionary Party (the SRs) and began making terror attacks against government officials.

Breshkovsky was eventually apprehended and spent 1907-1917 in exile. Only the Revolution of 1917 set her free. Nevertheless, &ldquoGranny&rdquo hated the Bolsheviks, so she was forced to emigrate after they seized power.

Vera Zasulich (1851 &ndash 1919)

In 1877, St. Petersburg Governor Fyodor Trepov ordered the flogging of a political detainee, which was an extremely outrageous and unlawful punishment even in 19th century Russia. Today, Trepov would face a protest demonstration, but back then the means of civilian protest were a bit more direct. A young woman named Vera Zasulich came to Trepov&rsquos residence and shot him twice.

As Trepov was highly unpopular and survived the attempt, the jury excused Zasulich. Nevertheless, she had to leave Russia: the government, which was shocked by the jury&rsquos decision, wanted to arrest her again. Living abroad, she gave up violent means of struggle, and became one of the first Russian Marxists, writing articles and inspiring the people to rise against their oppressors.

Sophia Perovskaya (1853 &ndash 1881)

On March 1, 1881, a bomber fatally wounded Emperor Alexander II, whose cortege was moving across St.Petersburg. Seconds before that, a young woman had waived her handkerchief signaling the tsar&rsquos route and giving a command to the bomber. It was Sophia Perovskaya, a former aristocrat who left her family and joined a revolutionary terror cell.

Angry with social injustice in Russia, Perovskaya joined the socialist organization, Narodnaya Volya (People&rsquos Will). They believed that the death of Emperor Alexander II would shatter the image of his godlike power and push the nation towards constitutional reform.

Such logic was quite naive, and the next emperor, Alexander III, only tightened the screws. Perovskaya, along with four other key members of Narodnaya Volya, was caught, sentenced and executed by hanging. She regretted nothing, even writing in a letter to her mother: &ldquoBelieve me, dearest Mommy&hellip I have lived as my convictions compelled me I couldn&rsquot do otherwise.&rdquo

Nadezhda Krupskaya (1869 &ndash 1939)

&ldquoBehind every great man there&rsquos a great woman,&rdquo they say. In the case of Vladimir Lenin, who led the October Revolution in 1917 and determined Russia&rsquos future for at least 70 years, his faithful spouse, Nadezhda Krupskaya, was the great woman behind him.

They met in an illegal socialist circle in St. Petersburg, survived exile and years of emigration together, and then returned to Russia in 1917. Throughout their marriage, Krupskaya remained an active member of the Bolshevik Party and worked hard, encrypting all of her husband&rsquos letters and organizing the undercover work of radical Marxists in Russia.

Her life never was an easy one. Suffering from an incurable genetic disease, Krupskaya lost her beauty too soon and couldn&rsquot have children. She never complained, however, and kept on with her duty. When the Soviets came to power, she worked in the government and participated in establishing the Soviet educational system. Outliving Lenin by 15 years, Krupskaya always remained faithful to him and protected his legacy.

In case you&rsquore interested, we have a separate article dedicated to this outstanding woman.

Maria Spiridonova (1884 &ndash 1941)

American journalist John Reed called Maria Spiridonova, the young leader of the left-wing SRs in 1917, &ldquothe most popular and influential woman in Russia.&rdquo In those ruthless times, popularity had a terrible price, however. And Spiridonova paid the price, both before and after the Revolution.

In 1906, 22-year-old Spiridonova killed a government official who was infamous for violently suppressing peasant revolts. She tried to shoot herself to avoid capture but failed. The Cossacks arrested Spiridonova, beat and raped her. The court sentenced her to hard labor in Siberia, where she spent the next 10 years.

After the Revolution prevailed in 1917, Spiridonova, unbroken and admired for her struggle, led the left-wing SRs in St. Petersburg. For several months, her party worked closely with the Bolsheviks, but then she criticized them harshly for suppressing freedoms and betraying the Revolution.

Predictably, that didn&rsquot turn out well. The Bolsheviks outlawed her party, arrested her and banned her from politics, exiling her to Uzbekistan. In 1937 she was arrested again and imprisoned. In 1941, Soviet guards shot her, carrying out Joseph Stalin&rsquos order.

Si vous utilisez tout ou partie du contenu de Russia Beyond, fournissez toujours un hyperlien actif vers le contenu original.


ExecutedToday.com

September 12th, 2009 Headsman

General de Maud’huy had just been roused from sleep on the straw of a shed and was standing in the street when a little group of unmistakable purport came round the corner. Twelve soldiers and an NCO, a firing party, a couple of gendarmes, and between them an unarmed soldier. My heart sank and a feeling of horror overcame me. General de Maud’huy gave a look, then held up his hand so that the party halted, and with his characteristic quick step went up to the doomed man.

He asked what he had been condemned for. It was for abandoning his post. The General then began to talk to the man. Quite simply, he explained discipline to him. Abandoning your post was letting down your pals, more it was letting down your country that looked to you to defend her. He spoke of the necessity of example, how some could do their duty without prompting but others, less strong, had to know and understand the supreme cost of failure. He told the condemned man that his crime was not venial, not low, and that he must die as an example, so that others should not fail. Surprisingly, the wretch agreed, nodding his head. He saw a glimmer of something, redemption in his own eyes, a real hope, though he knew he was about to die. Maud’huy went on, carrying the man with him to comprehension that any sacrifice was worthwhile while it helped France ever so little. What did anything matter if he knew this? Finally, de Maud’huy held out his hand: ‘Yours also is a way of dying for France,’ he said.

The procession started again, but now the victim was a willing one. The sound of a volley in the distance announced that all was over. The general wiped the beads of perspiration from his brow, and for the first time perhaps his hand trembled as he lit his pipe.


Voir la vidéo: Grand Duchess Maria Nikolaevna, 1914, Brought To Life Using. (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Weiford

    Bravo, la phrase est excellente et elle tombe à point nommé

  2. Sahale

    Tout à fait d'accord avec vous. Dans ce quelque chose est une bonne idée, il est d'accord avec vous.

  3. Taunos

    Je vais ajouter cet article à vos favoris.

  4. Yasar

    Je félicite, votre pensée tout simplement excellente



Écrire un message